Sang d’encre au Château

Le 14 octobre dernier, la Bibliothèque d’Oupeye organisait Sang d’encre au château, une après-midi ludique sur le thème du polar, profitant du cadre chaleureux du château d’Oupeye : jeux divers, grimages, contes, enquête et… bien sûr, jeux de rôle sur table ! Cette première prestation des Drôles d’animateurs en bibliothèque résulte en partie du succès de la formation « Du jeu de rôle en bibliothèque » donnée à la Bibliothèque Chiroux le 31 mars dernier. Ce fut l’occasion de faire découvrir les fondamentaux du polar et du policier grâce à l’outil « jeu de rôle ».

sang-d-encre-au-chateau.20171011065049.jpg

Les Drôles d’animateurs ont choisi trois jeux appropriés au genre et à la thématique : Petits Détectives de Monstres, Hitos et Blacksad, édités par La Loutre Rôliste, dont le catalogue original propose surtout des jeux de rôle espagnols.

Oupeye05covers.png

Par la nécessité d’écrire une trame scénaristique, le jeu de rôle se prête en général assez bien au déroulement d’enquêtes, même rudimentaires. Je suis sûr que l’on peut faire de l’enquête à Donjons & Dragons, pour peu que l’on réunisse ces ingrédients : mystère à élucider, coupable, indices. C’est encore mieux si l’on ajoute plusieurs suspects, du suspense et un retournement de situation. Enfin, du degré de complexité souhaité (lié au public cible) et du temps alloué à la partie dépendra la présence d’éléments secondaires comme le faux suspect ou les fausses pistes.

Naturellement, si la mécanique du jeu est calibrée pour l’investigation, la mise en scène du scénario d’enquête devient plus aisée. Par exemple, Hitos permet de gérer les confrontations sociales à la manière d’un combat, quand l’adversaire est « blessé », il est obligé de faire une concession : avouer ses crimes, céder au chantage, balancer des complices, etc. Dans Petits Détectives de Monstres, une jauge de Peur indique comment la pression monte en présence des monstres. Dans Blacksad, des « aspects » du passé du personnage peuvent être invoqués par le joueur pour améliorer ses jets de dés, favorisant l’immersion à travers la narration.

oupeye06vue.jpg

Découvrez sans plus attendre le détail de nos animations, photos à l’appui !

Continuer à lire … « Sang d’encre au Château »

L’Art de Livre 2016

Cette année, comme les trois précédentes, Jules Cybèle déploiera sa queue de paon blanc à l’Art de Livre les 15 et 16 octobre à Belgny-Mine. Bien sûr, il y aura quantité d’auteurs, de genres variés, aux plumages bien plus colorés ; je vous invite à faire un tour sur le site de l’event pour prendre connaissance du programme.

Je vous y attendrai de plume ferme sur le stand de Chloé des Lys, avec mes deux ouvrages : la nouvelle Le Jet, et Deuil le jour / Œil la nuit, un recueil de poésie. Deux œuvres que je qualifie d’érotique-horreur, aux accents profondément symbolistes. Prix salon 10€.

Nouveauté

J’aurai le plaisir de vous présenter un recueil auto-édité de récits brefs mais intenses : Moments de prose poétique, qui compile une série de textes (revus et peaufinés) publiés sur ce blog et ma Page Facebook. Prix libre.

Poésie dédiée

Ma plume sera à votre disposition pour vous écrire un court poème sur demande : vous me direz trois mots, votre prénom, et je vous écrirai une poésie selon l’inspiration du moment. Prix libre.

d8ft5-Affiche_16.JPG

Liège (17 mai) Aquilone : nos auteurs ardents

Les éditions Chloé des Lys ont fêté leurs 15 ans (et plus). 

Ce dimanche 17 mai, elles seront à l’Aquilone pour présenter leurs auteurs liégeois, ardents et invincibles !

Aquilone_LOGO3-wp2015.jpg

Bob Boutique, Delphine Schmitz, Edmée De Xhavée, Brigitte Piret et Jules Cybèle, et peut-être d’autres (surprise!), dédicaceront leurs œuvres et surtout vous les présenteront. Si vous ne l’avez pas encore, Deuil le jour / Œil la nuit vous y tendra les bras, érotique et poétique à souhait.

 Animations surprises pour vous surprendre ^^

Chloé des Lys, Aquilone, Jules Cybèle, auteur, liège

Écrire un scénario de jeu de rôle ?

Commencez sans plus attendre la lecture du dossier !

Capture d'écran 2015-05-01 14.30.52.png

Ce dossier a vu le jour en été 2013, peu de temps après la sortie de Pirates à la Dérive, paru chez Scriptarium. Je n’avais alors rédigé que les 2 premières parties et les avais partagées sur le forum de mon autre éditeur, Chloé des Lys. Parcourant ces lignes, le reporter de la maison, intrigué, me propose alors de parler du jeu de rôle dans l’Actu. J’y parle des spécificités du scénariste de jeu de rôle. Au final, l’interview m’aura permis de creuser le sujet et de compléter le dossier. À la fin de l’entrevue, j’en résume en quelques mots l’essence :

« L’enjeu c’est que, la personne qui va animer, maîtriser la partie s’y retrouve dans la structure de l’auteur. Ce n’est pas tout d’être auteur, il faut savoir se projeter… Finalement, le véritable conteur, ce n’est plus l’auteur du scénario, c’est la personne qui va devoir l’animer. Donc, il faut bien rentrer dans cette position-là où l’on va déléguer la fonction de narrateur à quelqu’un d’autre ».

Continuer à lire … « Écrire un scénario de jeu de rôle ? »

Art de Livre 2014

On commence en force avec un samedi 18 octobre animé, le concours Préambule semble avoir attiré pas mal de monde et récompensé tout autant. Au menu : des inconnus qui ne le sont désormais plus, et des habitués, têtes reconnaissables entre mille, auteur(e)s de choses et d’autres, éditeurs ou encore boutiquiers.

Niveau genres, un peu de tout : littérature classique, biographique, fantastique, fantasy, érotisme, histoire, BD, jeunesse… mais du Belge ! Pas vraiment d’activité ou d’animation, des stands côte à côte depuis lesquels la plupart des auteurs se croisent à peine du regard.

Au sein de la maison, de belles rencontres, animées et chaleureuses, des discussions intéressantes et parfois délurées. Un Bob aux fourneaux, une Edmée endiablée, une Delphine raffinée et une Silvana pleine d’idées que voilà ! Les uns recevant famille et amis en visite (et même des fleurs !!), les autres vagabondant à travers champ, quelques uns (je ne citerai pas de nom) noyant leur regard dans l’excellente bière des Houyeux… pendant que certains avaient le culot de vendre leurs exemplaires !

Jules Cybèle, poésie, symbolisme

Le dimanche était nettement moins concluant. Heureusement qu’Isabelle compatissait et qu’Alain philosophait avant qu’Élisabeth n’arrive avec son entrain plus que propice.

À noter toutefois : mon premier acheteur de Deuil le Jour… (si l’on excepte mon fan club obligé). Et l’acte de vente, par chance, immortalisé ! Moi qui croyais que la poésie n’intéressait plus personne, me serais-je trompé ? Public, je te cherche, dis-moi si tu me trouves…

Art-de-livre-2014-07.jpg

Un public discret, curieux mais légèrement timoré. Surtout le dimanche… où nous pourrions également le qualifier d’absent.

Par chance, Alain, qui fut bien malin, m’enseigna ce jour-là la technique du harponnage ! Pourquoi laisser filer le lecteur alors que ses yeux, furtivement braqués sur votre stand, trahissent une innocence feinte ? La méthode m’aura valu une vente… mais c’est toujours un peu délicat quand le lecteur achète votre bouquin alors qu’il vient de se faire harponner pendant un quart d’heure par votre voisin… et que vous suiviez la conversation sans mot férir… l’air de rien…

Bilan : 3 ventes, toutes dédicacées ! Voir l’acheteur se réjouir, que ce soit fébrilement, comme l’homme harponné, ou avec style, comme le monsieur photographié, est nécessairement une joie. Cela dit, le plaisir demeure au rendez-vous quand l’argent n’entre pas en compte : Les morts marchent ! de Delphine Schmitz, échangé contre Le Jet (dont je tais l’auteur) : ça valait le détour ! Et je reviendrai ici le chroniquer lors d’une sombre nuit d’automne, je ne vous dis que ça.

morts-marchent.png

Enfin, comme l’année précédente, tout comme l’année à venir, rien ne serait pareil à Blégny-Mine s’il n’y avait non loin de mon stand celui de mon vieil et sensuel ami, maître ès magie capillaire et scripturale : Mestre Agnan de Péville, animateur échevelé en ateliers de calligraphie. Avec qui j’éprouve toujours autant de plaisir à partager ce genre d’événement.

Art-de-livre-2014-02.jpg

Jules remettra ça, mais que diable : que l’Art de Livre ne soit pas avare en promotion !! Les lecteurs ne vont pas chercher l’événement, il faut que l’événement aille les chercher. Ensuite, une suggestion : davantage d’animation, de quoi occuper et retenir les visiteurs.

Art-de-livre-2014-01-Affiche.jpg

Chronique sur Sueurs Froides

Le Jet chroniqué par Yannik Vanesse sur Sueurs Froides, un site qui vois fera réfléchir à deux fois avant de plonger dans un livre ! Le risque d’avoir peur, n’est pas un risque à prendre à la légère !!

→ Lire la chronique de Yannik

« Le Jet n’est pas tant une histoire qui se lit, qu’un récit de vie. »

« Vampire, nymphe, fantôme, sont ainsi certaines des créatures que le narrateur – et par là-même le lecteur, qui l’accompagne au plus profond de son imaginaire – croise, dans des lieux aussi familiers que parlants. Le récit est toujours à la lisière de l’érotisme cru et du gore sauvage… »

« Les illustrations contribuent aussi à plonger dans cette histoire. Le style des dessins est sombre, mais chargé d’érotisme, le trait simple ne faisant qu’accroître la qualité de ces femmes stylisées. »

Art de livre 2013

Samedi 19 octobre, ma première opportunité de participer à un salon du livre : avec plein d’auteurs et d’éditeurs dedans !! En quelques mots, je vous livre mes impressions.

J’étais donc là, à L’Art de livre, sous l’égide de Chloé des Lys, qui faillit perdre de sa superbe à cause d’un roll-up défaillant… heureusement rafistolé en dernière minute…

1374381_314264695379016_1129913887_n.jpg

Ayant l’habitude des salons du jeu, j’ai constaté au moins un plaisir commun avec ces derniers : celui de retrouver les confrères et consœurs, ici écrivains, dont j’apprécie la compagnie, et de pouvoir discuter avec eux, échanger des points de vue, plaisanter, etc. C’est toujours un plaisir de revoir Bob (le pervers) et Edmée (l’ange). Sans oublier la perspective de nouvelles rencontres, on y reviendra.

Deuxième plaisir commun : la dégustation de bières du terroir ! En l’occurrence la Bière des Houyeux, brune, fort agréable, désaltérante et douce, tout l’inverse d’une brune caramélisée comme je ne les aime point.

1069298_337383469739176_140385801_n.jpg

Peut-être était-ce dû à l’atmosphère, mais je n’ai pas tellement osé établir le contact avec les autres exposants… J’avais cette étrange impression que ce n’était pas la marche à suivre… Étrange, je dis bien. D’ailleurs, quand ces autres auteurs passaient devant mon stand, je n’ai pas eu l’impression qu’ils cherchaient le contact non plus… Étrange dis-je ? À moins que ce ne fût normal… Cela n’était pas non plus dépourvu de communication, au lieu d’un mot un sourire, en emportant un flyer, un regard entendu…

Probablement que chacun est là pour vendre sa plume et non acheter celle du voisin ! Pour ma part, restrictions budgétaires obligent… pas question d’acheter à tout va. Une petite folie, toutefois : La Vesdre meurtrière de Lyndia Bastin, un polar verviétois qui, j’espère, sentira le souffre. J’avoue que la couverture m’a guidé. J’ai eu beau lire des extraits, je ne suis pas sûr que mon esprit fut présent à ce moment là… Comme si l’atmosphère devait me plonger ailleurs…

dyn001_original_569_800_pjpeg_49751_2c7427deb8ee15f330da525a5caab541.jpg

Quant au public, il ne prenait pas toujours la peine de croiser ne fût-ce que le regard de l’auteur… L’objet-livre étant là, disponible, à sa merci… Parfois, un timide « je peux ? » mais pas plus. De l’intérêt pour l’objet, il y en a, sans doute aussi pour le sujet, mais pour l’auteur… pas tant que ça. De là à me dire que j’étais un fantôme, il n’y a qu’un pas ! Je ferai en sorte de me matérialiser la prochaine fois. Peut-être en buvant davantage de bière ?

Heureusement que… l’amitié transcendant toutes les conventions, votre faiseur de rêves, Jules Cybèle, et son acolyte faiseur de mots, Mestre Agnan de Peville, ont joint leurs forces – et surtout leurs talents – de sorte que leur espace (osons-le) commercial, n’était plus exclusivement réservé à leurs labeurs respectifs, mais évoquait la sueur aussi bien de l’un que de l’autre.

1385258_314266002045552_672816563_n.jpg

D’ailleurs, j’ai pu constater que les mots animés attirent bien davantage de monde que les mots déjà couchés. Il faudra que je songe à comment les maintenir éveillés pour accaparer l’attention des espérés lecteurs. La calligraphie serait une piste ? Allez savoir…

En fin d’après-midi, une vente accompagnée d’une dédicace pour… une ancienne camarade de formation, qui n’avait pas prévu de me rencontrer là-bas ! Comme quoi, le hasard, pour le rôliste que je suis, demeure un admirable allié. « Tu es sûre de ton choix ? c’est assez thrash comme lecture », lui ai-je dit de but en blanc, comme si la peur de blesser moralement mon lecteur m’intimait de l’avertir… « Tu crois que je ne sais pas lire des choses thrash ? », m’a-t-elle alors envoyé en pleine poire, le sourire en coin… Voilà qui m’apprendra à prendre mon lecteur pour une petite chose fragile…

1395794_314266148712204_2095945298_n.jpg

Au final, un salon bien organisé où étaient réunis de nombreux auteurs belges ainsi que quelques éditeurs, belges également, que j’aurais pu mieux appréhender (ce sera pour la prochaine édition), mais dont j’attendais peut-être davantage de possibilités d’interaction avec le public… Un public, ma foi, fort absent… L’affluence n’était pas énorme, et c’est très dommage compte tenu de la qualité du salon. Une expérience discrète qui m’aura au moins servi d’introspection.

Fallait-il d’ailleurs que je fasse la rencontre d’un auteur psychanalyste… Jean-Luc Pirlet Nagant, tel est son nom, long… ayant publié récemment Chanteaux couleur bleu chez Chloé des Lys. Une série de nouvelles en mode puzzle que je m’empresserai de me procurer en même temps que mes premiers exemplaires de Deuil le jour / Œil la nuit… Vous ne l’avez pas oublier ? Mon nouveau recueil ! dont j’attends l’exemplaire-test avec impatience (promis, dès que je l’ai, je vous le montre) ^^

Je pense que je vous ai tout dit à propos de cette expérience égocentrée. Dès à présent, je vous donne rendez-vous au prochain épisode… Je vous tiens au courant dès que je le suis moi-même !

Voici le reportage de Bob, il vous donnera un aperçu bien plus large que mes petites pensées :

Lire la vidéo sur Youtube