Blog

Rendre les joueurs maîtres de l’intrigue

Samedi dernier, j’animais une énième partie de Vampire la Mascarade avec un groupe de joueurs fidèles. Nous jouons depuis plus de trois ans. Leurs personnages servent la Marquise, une vassale du prince de Paris qui a tout fait pour s’affranchir de sa tyrannie affective. Pour cela, mes fidèles joueurs l’ont bien aidée. Grâce à eux, au bout de trois ans de campagne sensationnelle, le conseil des Justicars a proclamé la condamnation à mort du tyran et la Marquise est en passe d’agrandir son territoire par un coup d’État devenu légitime. Afin de célébrer officieusement son accession au trône de ce nouveau territoire ralliant le Nord de la France à la Wallonie, la Marquise organise en son château une cérémonie privée pour son anniversaire. N’y sont invités que ses partisans et quelques pions qui pourront tôt ou tard servir ses intérêts. Comment rendre cette soirée mondaine vivante et ses personnages accessibles à des joueurs guère coutumiers de ce genre d’événement ?

Continuer à lire … « Rendre les joueurs maîtres de l’intrigue »

Sang d’encre au Château

Le 14 octobre dernier, la Bibliothèque d’Oupeye organisait Sang d’encre au château, une après-midi ludique sur le thème du polar, profitant du cadre chaleureux du château d’Oupeye : jeux divers, grimages, contes, enquête et… bien sûr, jeux de rôle sur table ! Cette première prestation des Drôles d’animateurs en bibliothèque résulte en partie du succès de la formation « Du jeu de rôle en bibliothèque » donnée à la Bibliothèque Chiroux le 31 mars dernier. Ce fut l’occasion de faire découvrir les fondamentaux du polar et du policier grâce à l’outil « jeu de rôle ».

sang-d-encre-au-chateau.20171011065049.jpg

Les Drôles d’animateurs ont choisi trois jeux appropriés au genre et à la thématique : Petits Détectives de Monstres, Hitos et Blacksad, édités par La Loutre Rôliste, dont le catalogue original propose surtout des jeux de rôle espagnols.

Oupeye05covers.png

Par la nécessité d’écrire une trame scénaristique, le jeu de rôle se prête en général assez bien au déroulement d’enquêtes, même rudimentaires. Je suis sûr que l’on peut faire de l’enquête à Donjons & Dragons, pour peu que l’on réunisse ces ingrédients : mystère à élucider, coupable, indices. C’est encore mieux si l’on ajoute plusieurs suspects, du suspense et un retournement de situation. Enfin, du degré de complexité souhaité (lié au public cible) et du temps alloué à la partie dépendra la présence d’éléments secondaires comme le faux suspect ou les fausses pistes.

Naturellement, si la mécanique du jeu est calibrée pour l’investigation, la mise en scène du scénario d’enquête devient plus aisée. Par exemple, Hitos permet de gérer les confrontations sociales à la manière d’un combat, quand l’adversaire est « blessé », il est obligé de faire une concession : avouer ses crimes, céder au chantage, balancer des complices, etc. Dans Petits Détectives de Monstres, une jauge de Peur indique comment la pression monte en présence des monstres. Dans Blacksad, des « aspects » du passé du personnage peuvent être invoqués par le joueur pour améliorer ses jets de dés, favorisant l’immersion à travers la narration.

oupeye06vue.jpg

Découvrez sans plus attendre le détail de nos animations, photos à l’appui !

Continuer à lire … « Sang d’encre au Château »

Du jeu de rôle en bibliothèque

CoversLitt+.jpg

Il s’agissait de mon premier atelier de formation adressé plus spécifiquement aux bibliothécaires et ludothécaires de la province de Liège. L’opportunité s’est présentée lors d’une réunion pour la Grande Nocturne du fantastique organisée par la Bibliothèque Chiroux, mon club de jeu de rôle étant sollicité pour animer des tables sur ce thème. J’ai d’emblée proposé mon projet d’initier les bibliothécaires au jeu de rôle sur table, afin de les sensibiliser à ce type particulier d’animation qu’ils méconnaissent. Non pas tant dans l’idée de les former à la maîtrise des jeux de rôle, mais d’amorcer une réflexion et susciter un intérêt.

Résumé des motivations des participants :

  • la motivation principale est de développer des animations qui intéressent les jeunes, surtout les ados, et notamment lors des jours blancs (derniers jours avant les vacances scolaires) ;
  • mais on a pu noté aussi : vouloir rapprocher les différents publics,
  • aider les non-francophones à prendre la parole,
  • changer des animations habituelles,
  • proposer des livres de jeu de rôle en prêt.

La séance s’est déroulée à la Bibliothèque Chiroux, a réuni 10 personnes (plusieurs désistements), a duré 3h. Elle s’est déroulée en 3 étapes :

  1. Cerner le jeu de rôle
  2. Approfondir : histoire du jdr et types d’animation
  3. Dimension bibliothéconomique

Je livre ici un résumé du déroulement de cet atelier de formation ainsi qu’un relevé de quelques observations particulières dont nous avons discuté.

J’ai rédigé un dossier plus complet à l’attention des bibliothécaires et ludothécaires, lequel est à leur disposition sur simple demande. J’y développe notamment les types d’animation et leur intérêt dans les domaines culturel et socioculturel, il contient une bibliographie/webgraphie sélective et une liste des éditeurs actuels les plus actifs. Il va sans dire que je me tiens à leur disposition pour toute question relative au jeu de rôle, et plus si affinité.

Voici le compte-rendu de cet atelier :

Continuer à lire … « Du jeu de rôle en bibliothèque »

Lady Black Ale

Ce soir-là, je voulus me changer les idées, sortir de mon intérieur. Je me suis retrouvé au Beer Lovers’, seul, j’ai commandé une Libertine Black Ale, seule aussi. La belle m’intriguait, trop. Je brûlais d’envie ne fût-ce que de sentir son parfum ou d’effleurer son onctuosité du bout des lèvres. Alors, quand elle est arrivée, j’ai sauté sur l’occasion pour faire connaissance : elle s’est laissée saisir délicatement, s’est approchée de mes yeux et m’a soufflé quelques mots, trop peu, avant de me filer entre les doigts ! Après tout, je n’étais qu’un inconnu. Mais n’était-elle pas une inconnue pour moi aussi jusqu’à cet instant, trop bref ? J’ai pensé qu’il me fallait me faire connaître. Aussi tentai-je une autre approche, moins brusque mais toujours déterminée. J’ai saisi son corps, translucide et froid comme une âme en peine, avec autant de franchise que de liberté, ce dont elle ne s’offusqua point. À cet instant précis, j’en sus davantage que je n’en avais savouré, demeurant cet inconnu poli tandis qu’elle rayonnait dans sa robe noire, épaisse comme un rêve où l’on meurt embourbé. Et là, c’en fut assez ! Je n’en pus plus et l’empoignai violemment, la forçai à s’incliner en lui remontant sa robe et la fis se vider jusqu’à la dernière goutte ! Que ce fut bon ! Elle coulait enfin en moi, tel un sombre secret dont je caressais les unes après les autres les moindres subtilités, inviolées jusqu’alors. Elle avait le goût de mon impatience et l’amertume de mes rêves. Mais quand je voulus la relâcher, je m’aperçus qu’elle était partie pour de bon. Mon erreur était consommée. Entre nous, que me reste-t-il d’elle, si ce n’est ce goût de trop peu ? Et elle, qu’aura-t-elle appris de moi, si ce n’est la maladresse éprouvée de ma solitude ?

L’auteur… vu par ses amis

Afin de vous dresser un portrait de moi fidèle, j’ai laissé la parole à mes amis à qui j’ai demandé de me décrire en une phrase. Et ça donne ceci 🙂

« Il aime pas la saucisse osseuse ! »
– Remy

« Tu tiens absolument à te faire pousser les cheveux mais tu tiens absolument à ce qu’ils soient livrés « sans nœuds » ! »
– Adeline

« Pourfendeur malchanceux de mouches. »
– Anne

« Paragraphe 14 »
– Herman

« Pas besoin d’une phrase, je crois que le mot « abscons » est tout à fait approprié. »
– Necros

« He has the power ! »
– Salva

« Poète liégeois amateur de dinosaures et rôliste invétéré. »
– Audrey

« He is the knight who says Ni »
– Cédric

« Un conformiste excentrique au parfum nostalgique mais tourné vers l’avenir
(car tu es rempli de paradoxes). »
– Mike

« Un mec qui cherche a être aimé à sa façon. »
– Laurent

« Un amateur de bonnes bières. »
– Nico

« L’homme qui cache des sucettes partout. »
– Alex

« Le doigt poète qui pouet. »
– Arnaud

« L’essence est nécessaire mais le style est essentiel (j’en ai même fait une figure !) »
– Amaury

« Tu n’aurais pu être indigne, ô sort ! »
– Tom

« Monsieur JDR »
– Patrick

« Le gars avec qui je partage une filleule rousse ! »
– Cath

« Jamais à l’heure mais pas retardé. »
– Lya

« Allégorie, mon roi. Sacré spécimen. »
– Rémi

L’Art de Livre 2016

Cette année, comme les trois précédentes, Jules Cybèle déploiera sa queue de paon blanc à l’Art de Livre les 15 et 16 octobre à Belgny-Mine. Bien sûr, il y aura quantité d’auteurs, de genres variés, aux plumages bien plus colorés ; je vous invite à faire un tour sur le site de l’event pour prendre connaissance du programme.

Je vous y attendrai de plume ferme sur le stand de Chloé des Lys, avec mes deux ouvrages : la nouvelle Le Jet, et Deuil le jour / Œil la nuit, un recueil de poésie. Deux œuvres que je qualifie d’érotique-horreur, aux accents profondément symbolistes. Prix salon 10€.

Nouveauté

J’aurai le plaisir de vous présenter un recueil auto-édité de récits brefs mais intenses : Moments de prose poétique, qui compile une série de textes (revus et peaufinés) publiés sur ce blog et ma Page Facebook. Prix libre.

Poésie dédiée

Ma plume sera à votre disposition pour vous écrire un court poème sur demande : vous me direz trois mots, votre prénom, et je vous écrirai une poésie selon l’inspiration du moment. Prix libre.

d8ft5-Affiche_16.JPG

Ne me le dites pas !

Je voudrais n’être qu’un rêve, noir. Une certitude sans nuance ni tonalité. Sans servitude, une humeur naissante qui ne se tarit jamais, jamais ne se tait, toujours grandit, sans vie, sur son lit de feuilles vierges, une plume coincée au travers de la gorge. Une pulsion de mort poétique, une idée suicidaire, mais juste une idée : le mot de la fin. Le piège tendu d’une conclusion qui tire en longueur. Que ne suis-je une impression de déjà-vu ? Si je pouvais n’exister que dans les yeux, à fleur de peau ou sur le bout de la langue… J’aimerais n’être qu’une longue hésitation, sans tension, une envie qui ne sait pas ce qu’elle veut mais sûre, au moins, d’exister. Tout au plus, une sirène qui ne s’arrête plus de hurler, la conscience permanente du danger de vivre, qui s’alarme au moindre battement de cœur. Finalement, je me sens comme un cœur, coupé du monde, coupé tout court et déposé là, par terre. Ne me dites pas que vous ne l’aviez pas vu ??

Ludologie

Réflexions

002 · Rendre les joueurs maîtres de l’intrigue

001 · Jouer un rôle féminin

Dossiers

001 · Écrire un scénario de jeu de rôle ?

001.1 · Définition du genre et processus narratifs

001.2 · Le style et les différents discours (essai sur la métanarration)

001.3 · Les personnages principaux, secondaires et les seconds couteaux

001.4 · Les relations entre personnages et l’interprétation des rôles

Tables rondes

002 · La place de la femme dans le jeu de rôle [à venir]

001 · Les genres, leurs codes et leurs systèmes de règles

Journées de formation

002 · Du jeu de rôle en bibliothèque

001 · Dire pour Agir

Journées d’animation

001 · Sang d’encre au château (Bibliothèque d’Oupeye)

 

Les genres

 http://static.skynetblogs.be/media/75609/2199966536.mp3

Nous avons initié, dans notre club de jeux de rôle (le Fumble Asylum, à Liège), des tables rondes autour du jeu de rôle. Elles sont ouvertes à tous, même si nous y parlons davantage de la maîtrise. Les séances sont organisées sous la forme d’atelier participatif, elles sont animées par Youri Parizel et moi-même.

Leur objectif est d’offrir un espace de discussion et de partage des connaissances en matière d’animation de jeu de rôle, aussi bien en termes d’interprétation, de narration et de prise en main des règles, que de gestion de groupe ou de techniques d’animations diverses. Nous souhaitons qu’elles permettent aux MJ, et aux joueurs, d’ouvrir de nouvelles portes sur leur manière d’appréhender le jeu de rôle.

Nous gardons une trace écrite de l’essence des débats, que je publierai après chaque séance sur ce blog. En essayant que le compte-rendu d’une séance paraisse avant la suivante.

Comme premier thème, nous avons choisi : les genres, leurs codes et leurs systèmes de règles. Youri et moi avons abordé le thème en partant de deux questionnements différents :

  1. Qu’est-ce qui définit le genre, notamment à travers la tension narrative ?
  2. Le travail d’équipe fait-il partie des codes du genre, ou est-il une nécessité narrative ?

De nombreux genres ont été évoqués : fantasy, horreur, space opera, western, capes et épées, pulp, fantastique, gothique, entre autres. Nous en avons relevé les principaux codes en guise d’introduction, en mettant à contribution les capacités des participants à reconnaître les genres, notamment par les codes, mais aussi grâce aux clichés, en faisant appel à leurs références culturelles.

Continuer à lire … « Les genres »